Malheureusement peu de mutuelles complémentaires considèrent la vape comme un outil d’aide à l’arrêt du tabac.
Si la plupart proposent en effet un forfait “sevrage tabagique” permettant le remboursement de substituts nicotiniques, seulement une poignée d’entre elles reconnaissent la vape comme telle.

Parmi les complémentaires santé, voici celles qui prennent en charge la cigarette électronique :

  • La Maaf : elle peut rembourser jusqu’à 50% de vos dépenses en matériels et e-liquides sous présentation d’une ordonnance de votre médecin et d’une facture.
  • Groupama : En fonction du forfait choisi, Groupama peut rembourser entre 40 et 50€ de vos dépenses annuelles liées à la vape. Vous devez avoir une prescription de votre médecin et communiquer une facture à l’organisme.
  • Axa : Un forfait annuel couvre vos achats d’eliquides, entre 50 et 150 euros par an, sous réserve qu’ils soient certifiés AFNOR et que vous ayez une prescription médicale.


ETAPE 1 : Contactez votre mutuelle santé pour connaitre les modalités de prise en charge.
ETAPE 2 : Choisissez les e-liquides et ou la cigarettes électroniques en fonction de la prise en charge de votre mutuelle.
ETAPE 3 : Demandez une facture à votre Buraliste Coté Vap'.
ETAPE 4: Je transmets ma preuve d'achat à ma mutuelle de santé pour obtenir le remboursement.







L’utilisation simultanée de l’e-cigarette et de la cigarette classique augmentent la quantité globale de nicotine absorbée. Néanmoins, cela peut s’intégrer dans une logique globale d’arrêt du tabac. En effet, 82% des vapofumeurs* (utilisant conjointement cigarette électronique et tabac ordinaire) déclarent avoir diminué leur consommation de tabac ordinaire (de moins de 9 cigarettes par jour en moyenne). Cette diminution de la quantité fumée, peut en soi, permettre une diminution du risque associé au tabagisme. Même si l’arrêt complet du tabac reste l’objectif prioritaire. * d’après les données du Baromètre santé 2014 de l’Inpes

DLUO correspond à la Date Limite d'Utilisation Optimale passé cette date le fabricant ne garantit plus les qualités organoleptiques du e-liquide. Il est donc préférable de l'utiliser avant la date indiquée.
Néanmoins il peut être consommé après cette date si le e-liquide conserve son aspect (pas de changement de couleur et de précipités), son odeur et son goût.

La date limite d'utilisation optimale n'est donc pas une date de péremption où Date Limite de Consommation (DLC). Le e-liquide ne devient pas nocif après cette date mais il risque de perdre en qualité. La glycérine et le propylène ont une DLC de 3 ans. La nicotine 5 ans. Les arômes, eux, vieillissent moins bien, surtout s'ils sont stockés en plein jour. Certains arômes perdent de leur saveur au bout de 12 à 18 mois. C'est pourquoi les fabricants indiquent une DLUO d'une année en générale. Les liquides sont donc consommables après la DLUO.

Un excès de vapotage ou un taux de nicotine trop élevé dans votre e-liquide peut entrainer un surdosage en nicotine. La nicotine est un stimulant et peut en cas de surdose provoquer des maux de tête, tachycardie, nervosité, troubles de l'endormissement, etc.

En cas de tels symptômes stoppez immédiatement toute consommation de e- liquide nicotiné et consultez un médecin.

Il est tout à fait possible de mélanger plusieurs liquides, il faut cependant prendre en compte le fait que l’on modifie les proportions de tous les constituants du liquide selon les liquides ainsi que les arômes…

Pour être satisfait, il est préférable d’assembler au mieux un même arôme possédant des taux différents de nicotine, voir des arômes simples de type, un tabac avec un arôme menthe…

La loi santé (article 28) interdit désormais l'usage de la cigarette électronique :

  • À l'intérieur des établissements scolaires (école, collège, lycée...) et des établissements destinés à l'accueil, à la formation et à l'hébergement des mineurs ;
  • Dans les moyens de transport collectif fermés (bus, train, métro, tramway...) ;
  • À l'intérieur des lieux de travail fermés et couverts à usage collectif. Pour en savoir plus, voir les règles concernant la cigarette électronique au travail.
  • Le vapotage est autorisé dans les locaux de travail fermés et couverts n’accueillant pas plusieurs postes de travail (Art.R.3513-2) à partir du 1erOctobre 2017
  • En principe, il n'est pas interdit de vapoter dans les autres lieux ouverts au public (restaurants, bars...). Toutefois, les responsables des lieux restent libres d'instaurer cette interdiction dans leurs locaux (voir ci-dessous).
Les mises à jour des boxs permettent de modifier leur programme de fonctionnement. Les mises à jour (ou updates) proposées sur les sites des fabricants peuvent ajouter des fonctions supplémentaires à la box : Smart, customisation, etc. ou augmenter la puissance de la box électronique.

Le Firmware est le programme intégré dans un mod box électronique. C'est lui qui gère l'affichage de l'écran et les réglages de puissance, les modes contrôle de température, TCR… Le chipset est le circuit électronique qui contient le firmware et, souvent, l'écran.

Les différents chipsets. Généralement chaque box possède le chipset de sa marque mais il existe plusieurs chipsets de grande qualité qu'on peut retrouver sur des boxs très différentes. Le chipset protège votre Vape. Le chipset Aethon Présent sur le matériel Innokin permet de protéger contre le Dry-hit, avec un temps de réactivité de 0.2 secondes, il gère le mode préchauffage…

On peut réduire son taux de nicotine et il est même conseillé de le faire. Avec une vape bien adapté à vos besoins dès le départ, les sensations de manque de nicotine vont s'espacer de plus en plus dans le temps.

Ayant reprogrammé votre organisme, vous allez pouvoir diminuer votre taux de nicotine progressivement.

Attention cependant de ne pas sauter les étapes, si vous baissez trop rapidement le taux de nicotine de votre liquide vous allez compenser en augmentant votre consommation de liquide avec au final la même quantité de nicotine consommer.

L’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) ne permet pas le transport en soute des cigarettes électroniques, et en particulier des batteries et accus. Les vapoteuses sont autorisées dans un bagage cabine. Les flacons de e-liquides peuvent être transportés en soute ou dans des bagages cabine à condition qu’ils ne dépassent pas 100ml, et qu’ils soient placés dans des petites pochettes transparentes pour un contrôle par les agents de sécurité.

Quant à l’utilisation des cigarettes électroniques, elle est dans la plupart des cas interdite à bord des vols.

Attention, dernier petit conseil : la pressurisation et la dépressurisation de la cabine peut générer des fuites sur les flacons de e-liquides, même neufs ! N’hésitez pas à vider vos clearomiseurs avant votre vol et à transporter vos e-liquides dans des contenants fermés hermétiquement (boite ou sac plastique par exemple).

Avant de poursuivre votre navigation, veuillez prendre connaissance des conditions d'utilisation suivantes :

Je reconnais être majeur(e) et que je suis autorisé(e) par la législation de mon pays à acheter des produits contenant de la nicotine.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour le bon fonctionnement du site (panier, identification, etc.) et l'analyse statistique.

Je reconnais avoir + de 18 ans
et j'accepte les cookies